Par où commencer?

Ça y est – me voilà lancée – je crée mon blog. Cela fait des mois que j’y pense… Des mois que je me dis que j’ai envie de partager ce qui me traverse, ces enseignements que je reçois, ces intuitions, cette lumière qui jaillit de plus en plus abondamment de cette petite porte dans mon coeur, il est temps. Ces dernières semaines ont été ponctuées d’élans et d’hésitations, d’envies et de freins, de j’y vais, ou je n’y vais pas. Et bien ça y est, finalement. Je lâche prise, l’envie et là. Et ne serait-ce que pour cette raison là, cela vaut la peine d’essayer. De sortir de ma zone de confort, de faire un pas dans l’inconnu. D’expérience maintenant je le sais: il est si bon de se jeter dans l’inconnu. Alors pourquoi hésiter. Ce frisson est juste délicieux. Vous aussi, vous le savez, n’est-ce pas?

Mais par où commencer?

Nous sommes nombreux il me semble dans cette situation. Des mois qu’une idée lumineuse germe dans notre esprit, comme un petit papillon jaune doré, qui se met à danser, virevolter quand nos pensées laissent pour un instant, place au silence. Hop! La voilà, la lumineuse idée. L’idée d’un partage, de se mettre au service d’une bien plus vaste raison que celle qui délimite notre esprit, en apparence du moins. Hop! Un petit mouvement suffit, et nous voilà parti. C’est si simple. Et pourtant.. Nos pensées nous rattrapent, tel un filet. « Attends un peu toi, l’idée. Tu es bien trop lumineuse, viens par là que je te badigeonne d’ombre ». Et là, c’est l’auto sabotage, les résistances qui pointent et qui font barrage, et voilà notre élan qui se fait tout petit. Notre joli papillon devient tout gris. C’est sans doute mieux ainsi, pas de risque pris, mieux vaut rester discret. Dans l’ombre, on ne vient pas nous chercher. C’est plus raisonnable – pas de vagues. Mais l’idée rejaillit, et rejaillit sans cesse, poussant à l’audace, attisant notre esprit. A t’on vraiment envie d’étouffer cette flamme là, cette belle flamme de vie. Alors on y va! C’est parti.

Êtes-vous avec moi? Allez-vous encore vous cacher? Ou lui permettre de briller, à cette lumineuse idée.

Mais par où commencer…

Là! Regardez. Cette petite envie qui s’est mis à germer un peu malgré vous. Est-ce l’écriture d’un poème ? Une toile, des pinceaux, des couleurs? Sous quelle forme se manifeste votre envie, l’appel à la vie, en vous? Quelle serait l’idée la plus lumineuse au royaume de votre esprit. La plus lumineuse et la plus vraie, la plus gaie aussi. La gaité, ça ne trompe jamais.

Écrire. Voilà en moi une zone qui s’illumine. Et partager, comme je l’ai toujours fait, à une nuance près, je sors de la zone confortable du carnet secret. Je deviens transparente et ouvre ainsi un espace qui permet à cette lumière de se diffuser autour de moi. À cette idée mon coeur réponds par un battement particulier. Je le reconnais ce timbre là, c’est ainsi qu’il bat, lorsqu’il se connecte à plus grand que soi 😉 Lorsqu’il se met à battre à l’unisson. Et c’est bon.

Alors c’est par là que je commencerai. En suivant ma joie, je ne peux me tromper. Je vais écrire, dessiner, et partager. Je laisse les commandes à l’intuition et mes doigts tapoter sur le clavier. Pour la forme que cela prendra, nous verrons bien, laissons-la se dessiner au fil du temps. À chaque journée sa teinte, son essence, sa vibration. A t’on vraiment besoin de définition, de destination, d’estimation?

Ce matin, alors que je cherchais une feuille pour que ma fille Mina puisse dessiner, je suis tombée par hasard sur ce grand carnet à dessin qui prenait la poussière sur le haut d’une étagère – je n’avais alors aucune idée que j’allais écrire ce soir mon premier partage. A vrai dire, je ne le savais pas, deux minutes avant de le faire. J’ai passé un chiffon sur sa couverture et en ouvrant le carnet, j’ai re-découvert ce titre, dessiné il y a quelques années « The Black Book ». Je le comprends à l’instant, ce carnet illustre à merveille ce que je suis en train de partager. J’y avais fait quelques croquis, puis le carnet s’était endormi, et reposait tranquillement sous une couche de poussière. Aujourd’hui, ma fille lui a redonné vie en y peignant une magnifique illustration. The Black Book s’est illuminé sous le pinceau de Mina. Il aurait pu rester encore quelques années caché dans l’ombre, comme mon idée de blog, prenant la poussière. Mais l’élan de Mina en a décidé autrement, le carnet sombre devient, en un instant, le carnet lumineux. Tout comme ces partages, qui jusqu’à présent restaient dans l’ombre, en un instant, du papier à l’écran, passent de l’ombre à la lumière.

Je vous souhaite d’en faire autant, de vous faire le cadeau de passer de l’ombre à la lumière, ne serait-ce que pour une toute petite idée qui sommeille encore en vous. Le moment peut-être venu? 😉

 

IMG_0074

Illustration Nadège Lelièvre • 2018 • Tous droits réservés

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s