Ton boulot, c’est Aimer.

Aujourd’hui, je suis allée en forêt pour une célébration chamanique de l’équinoxe de printemps, proposée par Else Oreve, de l’Instant Sacré. Toute une journée immergée dans les bonnes énergies de la forêt et des personnes qui se trouvaient avec moi.

J’ai découvert le tambour, et j’ai adoré ça. Cet allié m’appelait depuis un moment mais je ne soupçonnais pas la simplicité et la force du lien qui allait se tisser entre nous. J’avais depuis quelques temps une attirance pour le didgeridoo, ou le hang, je recevais des suggestions en images pour jouer, et faire résonner ma mélodie d’une manière ou d’une autre. Aujourd’hui, le tambour s’est révélé être à l’origine de cet élan. Et ce que j’aime particulièrement, c’est qu’il m’invite à chanter avec lui. Cela me fait l’effet de retrouver un vieil ami. Je ne l’ai jamais trouvé encombrant lors de mes déplacements, il était léger comme une plume. Sa vibration était puissante et douce à la fois, les tonalités qu’il m’offraient me faisaient l’effet de phrases, un dialogue naissait entre nous. Il a ouvert un nouvel espace au coeur de cette forêt, en modifiant légèrement ma perception. Il me semble d’ailleurs, que si j’y retourne sans lui, j’éprouverai une certaine nostalgie.

Les heures se sont écoulées et je n’ai rien vu passer. J’ai eu une nouvelle confirmation que la nature possède un grand pouvoir de guérison, tout comme l’humain, lorsqu’il débranche sa tête pour se brancher sur sa source initiale, le coeur. La nature aide l’humain dans ce changement de polarité. Les animaux, eux aussi ont ce pouvoir de nous relier à la source.

La forêt m’a comblée, et transformée. J’ai pu entendre une nouvelle fois que nos peurs ne nous appartiennent pas, elles ne font que nous traverser. Elles viennent d’ailleurs et y retourneront. Plus j’accueille leur changement vibratoire inconfortable, plus elles s’allègent et leur effet s’amenuise. J’ai pu constater par exemple que ma peur de parler en public qui était si puissante il n’y a encore pas si longtemps, semble s’être dissipée. Je l’ai tellement couverte de bienveillance, accueillant pleinement sa nature, que je lui ai peut-être permis de se transformer, ou de retourner là d’où elle vient. Peut-être était-elle juste là pour me montrer à quel point j’aimais partager avec un groupe, échanger des regards, rire et m’ouvrir, offrir ce que je suis, telle que je suis. Tant que j’avais la sensation d’avoir des choses à cacher (ma sensibilité par exemple), je tremblais à l’idée de me dévoiler. Accueillir sa vulnérabilité est un immense cadeau à soi-même.

Évoquant les cadeaux, je reviens sur ceux que la nature m’a offert durant cette journée. Il y a eu ce coeur d’écorce de boulot. Par rapport à l’intention de cette célébration qui était « couper avec les peurs et prendre notre place sur terre« . C’était limpide – ton boulot, c’est Aimer. Aimer au delà des peurs. J’ai aussi eu la présence d’enfants autour de moi alors que je chantais en jouant du tambour. Je m’étais isolée sur un rocher, et ils sont arrivés à côté. Leur curiosité les avait amené jusqu’à moi. J’ai été d’abord un peu déstabilisée, j’observais les mouvements de mon mental qui préférait le repli, la discrétion à tout prix. Puis je leur ai souri et les ai salué. Et les résistances se sont envolées. Le bavardage avait disparu et une autre voix entonnait en moi une toute autre mélodie: « vas-y, offre le son de ta voix, chante qui tu es, donne ta couleur à ce coin de forêt, incarne celle que tu es ». C’était très clair, pour moi, et pour beaucoup d’êtres je pense, l’authenticité et la transparence sont de mise. Et cela s’installe pour durer.

Comme le voulait le rituel de la cérémonie, j’ai laissé une petite pierre dans la forêt. Une petite pierre bleue* dont j’avais oublié le nom et que je gardais, sans doute, pour cette occasion très spéciale. Je l’ai planté dans la terre comme on plante une graine. Dans cette pierre, j’ai déposé mon intention: résonne ta note, offre ta couleur, laisse ta nature rayonner. Laisse ta lumière briller, sous toutes ses formes, toute illuminée qu’elle puisse paraître 😉. Je suis partie tranquille. Car je sais que cette graine a déjà germé. À vrai dire, j’en récolte déjà les fruits. 😇

IMG_0128

* Je viens de faire une recherche pour retrouver de quelle pierre il s’agissait et qu’elle était sa vertu. Je vois que cela résonne parfaitement avec la fonction qu’elle a eu pour moi.

La Sodalite est employée pour calmer les crises de panique, les phobies, la culpabilité, les rigidités qui nous empêchent, pour certains d’entre nous, d’être réellement ce que nous sommes. La Sodalite symbolise l’énergie lumineuse. Elle apaise, réduit la peur, dégage l’esprit, stimule le manque d’assurance. Cette pierre a un effet positif sur le cerveau et le système nerveux. Elle abaisse la tension, la fièvre, améliore la circulation sanguine et est efficace contre la transpiration excessive. Elle calme également l’agitation et aide à clarifier l’esprit. C’est une pierre de la vérité très efficace. La porter favorisera une conscience de soi en toute honnêteté.

Source: ma boutique favorite

 

Un commentaire Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s